Comment s'ouvre le col de l'utérus ? La Maison des Maternelles

Travail et grossesse: de quoi la femme enceinte devrait-elle avoir peur?

La maternité, c'est génial! Et chaque femme le sait. Attendre un bébé est un moment magique où il est très important pour la future maman de ressentir la paix, le calme et être heureuse. Dans le monde moderne, la carrière est l'un des mots clés de la vie. Par conséquent, de nombreuses femmes enceintes continuent de travailler jusqu'à des dates tardives.

Cependant, il arrive très souvent que la grossesse entraîne un licenciement. Si vous regardez de près, il existe un certain nombre de situations dans lesquelles le licenciement d'une femme enceinte est tout à fait réaliste, mais la question de savoir si vous faites partie de cette liste est une autre question. Avant d'abandonner, vous devez étudier ce que la loi dit à ce sujet.

Contenu de l'article

Quand vous ne pouvez pas licencier une femme enceinte?

Une femme enceinte peut-elle être licenciée de son travail?

Il y a un certain nombre de raisons qui ne sont pas de bonnes raisons de licencier une future mère:

Travail et grossesse: de quoi la femme enceinte devrait-elle avoir peur?
  • Désir déraisonnable de l'employeur;
  • Incapacité d'accomplir des tâches (par exemple, si le travail comprend le levage de poids, ce qui est exclu pour les femmes en poste);
  • Si la femme enceinte est en probation et commence à montrer des résultats de travail insatisfaisants lors de la grossesse;
  • S'il y a un autre employé avec qui le travail a été effectué à temps partiel en faveur de cet employé.

Tout cela est valable s'il existe un document officiel délivré par la clinique prénatale et confirmant la grossesse de la future maman. En outre, l'employeur doit également être informé dans les meilleurs délais.

Dans la plupart des cas, personne n'a le droit de tirer comme ça, mais gâcher la vie est tout à fait possible. Un employeur peut appliquer diverses sanctions (annulation de primes, réduction de salaire, etc.) s'il a toutes les preuves que le travail est devenu inefficace.

Quand une femme enceinte peut-elle être licenciée?

Dans le même temps, le licenciement de la future mère est tout à fait possible si l'employeur peut prouver qu'elle a causé un préjudice grave à l'entreprise. Par exemple, lors de la commission de crimes corporatifs. Naturellement, tout cela doit être officiellement confirmé.

Il convient de noter que la position intéressante de la future mère est un argument de poids pour le pardon de nombreuses infractions - absentéisme, manquement aux devoirs, vole propriété - tout cela est un motif d'amende, mais pas de licenciement. Même la divulgation de secrets d'entreprise n'est pas une raison suffisante.

Si l'entreprise dans laquelle travaille la future mère a cessé d'exister, tous les salariés sont licenciés, quel que soit leur poste. Cependant, la réduction prévue d'une fille en position est tout simplement impossible.

Si la femme enceinte travaille dans le cadre du contrat et que celui-ci se termine dans un proche avenir, vous avez tout à fait le droit de le prolonger, et personne ne peut le refuser. Si vous refusez vous-même, le licenciement aura lieu sur une base tout à fait légale.

Des questions controversées telles que le changement de direction, la réorganisation de l'entreprise, etc. ne sont pas non plus une raison suffisante pour être au chômage.

La plupart des employeurs qui, pour une raison quelconque, ne veulent pas maintenir une femme dans un poste dans leur État, demandent à rédiger une lettre de démission de leur plein gré. Si vous l'écrivez puis changez d'avis, une seule option est possible: avoir le temps de le retirer dans les deux semaines. Certes, dans ce cas, si votre place a déjà été prise, alors il est possible de proposer un transfert vers une autre zone ou vers un autre bureau. Si vous refusez une telle offre, le licenciement sera effectué légalement.

Où attendre de l'aide?

Travail et grossesse: de quoi la femme enceinte devrait-elle avoir peur?

Tous les droits des travailleuses enceintes sont protégés par l'inspection fédérale du travail. En cas de conflit et de situations litigieuses, vous pouvez contacter cette organisation. Un contrôle détaillé de l'employeur, de l'entreprise, de la légalité de leurs actes en général et vis-à-vis de vous sera effectué. En outre, il est également possible de faire appel auprès du parquet ou du tribunal de district. Dans tous les cas, vous devez avoir des preuves d'une violation de la loi (ceci est particulièrement important pour le tribunal) - témoins, documents, etc.

Vous pouvez demander un examen de la légalité de vos actions pendant que vous travaillez pour l'entreprise et si vous avez déjà été licencié. Dans tous les cas, une demande de révision de la légalité d'une action doit être déposée dans les trois mois à compter du moment où ces actions ont été commises.

L'inspection du travail peut émettre une ordonnance de réintégration d'un employé licencié et verser une compensation morale. De plus, l'employeur peut lui-même être condamné à une amende ou même suspendu de son travail, selon la gravité des infractions constatées lors de l'audit.

Points importants

Même si une femme enceinte est licenciée légalement, un avertissement à ce sujet doit être reçu au moins deux mois à l'avance.

Pendant tout ce temps, la future mère devrait toucher au moins le salaire moyen de l'année dernière.

Si vous travaillez dans un poste qui implique des conditions de travail difficiles, vous devez demander un assouplissement de ces conditions. L'employeur sera obligé de trouver un poste plus facile avec le même salaire ou d'être complètement libéré du travail dans les mêmes conditions.

Ce qui en découlet?

Résumons. Si vous travaillez et découvrez soudainement que vous allez bientôt avoir un enfant, il n'y a pas lieu de paniquer. Pour conserver votre emploi, vous devez tout d'abord informer votre employeur de votre situation intéressante et le sauvegarder avec un certificat reçu de la clinique prénatale.

Travail et grossesse: de quoi la femme enceinte devrait-elle avoir peur?

Si la direction essaie de licencier la femme enceinte sans raison valable, la meilleure chose à faire est de ne pas donner ces raisons et de demander l'aide des forces de l'ordre appropriées, qui vérifieront la légalité des actions de votre employeur. Dans la plupart des cas, la loi restera de votre côté.

Cependant, il vaut la peine de se demander si vous souhaitez continuer à travailler là où la relation déjà compliquée sera.

Bien que, pendant le congé de maternité, beaucoup de choses puissent changer - du système général de l'entreprise aux cadres.

Ainsi, la décision de rester dans l'entreprise ou de quitter vous appartient entièrement.

Coronavirus et grossesse : Ce que les femmes enceintes doivent savoir

Post précédent Comment blanchir une chemise blanche avec les outils disponibles?
Prochain article Comment le sanatorium est-il utile aux femmes enceintes?